Episode 12 : Start Up tremplin pour les exexpats

IMAGE EPISODE.jpg

Bien sûr on a déjà parlé du travail dans exexpat le podcast…

De la difficulté notamment de trouver un job quand on rentre d’expatriation. Nos CV sont atypiques, nos parcours ont évolués ailleurs, mais ne suivent pas le chemin prévu. Heureusement, beaucoup d’entre nous finissent par retrouver leur place dans l’emploi français. D’autres n’ont plus envie d’être dans les cases, ou n’ont pas la patience d’attendre qu’une entreprise leur fasse signe. Ils se lancent donc dans l’entrepreneuriat. Grâce à leur fameuse expérience ailleurs, à l’obligation dans cet ailleurs de se battre pour s’insérer, les exexpats n’ont souvent pas peur de l’inconnu, du pari de créer.

La start up est donc comme un tremplin naturel. Bien sur c’est la mode la start-up : il y en aurait 10 000 en France, 1000 créations par an, des incubateurs à la pelle dans toutes les villes. La French Tech commence a prendre de l’ampleur.


Et parmi ces start-up, des structures pensées, fondées, portées par des exexpats. Certains surfent même sur le problème du retour pour créer des start-up basées sur l’aide à la communauté des expats et des exexpats. C’est le cas de Gabrielle Rodier-Ringard, créatrice de Switch’Up, une plateforme communautaire de confiance qui permet de proposer des services d'accueils uniques à travers toute la France, de les découvrir et de les réserver.


Erwan Jegouzo lui a connu plusieurs expatriations qui lui permettent de rebondir partout où il va, et booster sa carrière. Créateur de la plateforme d’hebergement podcast Pippa, il va même réussir à rapatrier en France, à Laval, sa start-up née à New-York.


Il existe un tas d’autres start-up créés par des exexpats. Absolutely French, une entreprise d’aide à l’intégration des conjoints d’impatriés. Oohee qui connecte les entreprises françaises avec les talents francophones expatriés. Ou encore Expateo qui accompagne les entreprises qui s’internationalisent pour une meilleure gestion de la mobilité de leurs talents. Bref quand on dit que la start-up est un tremplin pour les exexpats ce n’est pas une exagération comme l’explique Charles Baldet, entrepreneur dans le financement participatif et gestionnaire de start-up pour BPI Groupe. Il donne même quelques conseils pour ne pas se planter.

Ecoutez ici et sur iTunes, SpotifySoundcloud, Google podcast et toutes les plateformes Android.

Episode 11: Le manque

My Post (29).jpg

Partir à l’autre bout du monde c’est découvrir une autre culture, une autre façon de vivre… Mais c’est aussi quitter un tas de choses qu’on fait, mange, voit, expérimente tous les jours depuis qu’on est né dans notre pays d’origine.

Et au bout de quelques mois d’expatriation, on se rend compte que toutes ces choses nous manquent plus que prévu

Le manque rime souvent avec nourriture… mais le manque peut être beaucoup plus profond… La familles, les amis, un paysage, un environnement, des monuments, l’histoire, la culture reviennent sans cesse à l’esprit et on sent un vide, un morceau de nous qui a été comme arraché.

Et puis avec le temps, on finit par s’habituer aux coutumes de notre pays d’expatriation, peu à peu les manques de la France s’estompent. C’est souvent à ce moment là que l’on rentre.

Et là le choc : c’est la vie de “l’autre” pays qui commence à nous manquer!

Clara revient du Québec. Après avoir vécu un vrai manque de la France quitte, à défendre son pays bec et ongle contres les critiques, elle se languit désormais de l’automne canadien.

Nirina, pourtant prof à la Sorbonne d’Abou Dabi pendant 3 ans, a longtemps été en manque des subtilités de notre langue. En France elle est comblée à ce niveau là, mais elle regrette le multiculturalisme notamment des étudiants des Emirats Arabes Unis.

Après 25 ans aux Etats-Unis, Roger en a ramené en France une idée de business devenue réalité : le food truck “la cabane de cape cod”

Pourtant la liberté d’entreprendre a l’américaine lui manque énormément!


Et puis nous avons demandé à une Psychologue et Coach en développement personnel, et fondatrice du site Va, Vis et Reviens et co-fondatrice de Psychonautes https://www.delphinerenard-psychologue.com, Delphine Renard, de nous expliquer le fonctionnement de ce sentiment de manque propre à l’expatriation et au retour et comment on peut l’adoucir.

Ecoutez ici et sur iTunes, SpotifySoundcloud, Google podcast et toutes les plateformes Android.

Episode 10 : Allô maman bobo

My Post (24).jpg

C’est la rentrée! Bon retour à tous. Pour éviter que vos enfants reprennent la chanson d’Alain Souchon “Allô maman bobo” en cette rentrée scolaire, ExExpat le podcast est allé parler psychologie du retour et bien-être des enfants avec des mamans (on n’oublie jamais les papas mais dans cet épisode, désolée, on ne les entend pas).

Pour beaucoup de nos chérubins, la France est un pays totalement inconnu.

Malgré leurs passeports français, ils sont souvent nés à l’étranger, ou ont grandi dans une autre culture et parfois ont du mal à s’intégrer, à se mouler à la société française.

Alors pour bien comprendre leur cheminement, ce désir parfois de se fondre dans la masse, de ne pas être différent, des mamans nous racontent leurs expériences.

Des mamans qui, enfants d’expats par exemple, ont elle-même vécu le retour il y a quelques décennies. Des mamans pour qui ca a été dur d’un point de vue psychologique, réussite scolaire, etc… mais aussi des mamans zen. Et puis des mamans psychologues et coachs, Aurore Lafougère et Nelly Soulié qui nous donnent quelques clés pour sortir de ce moment parfois difficile. La 2ème session de leur MOOC, Expat & Parent est ouverte.

Vous pouvez vous inscrire sur: 

https://openedx.cri-paris.org/courses/course-v1:CRI+expat+2018S2/about

Ecoutez ici et sur iTunes, SpotifySoundcloud, Google podcast et toutes les plateformes Android.

Episode 9: Le retour en France après L’alya

Exexpat .jpg

Cette semaine on parle du retour en France après "l’alya". L'Alyah est un mot hébreu qui signifie littéralement "ascension" ou "montée".  Mais concrètement, ce mot désigne le fait d'immigrer en Israël quand on est juif

Pourquoi ce sujet? Parce qu’après plusieurs vagues de départ vers Israël depuis 2013 duent aux différents attentats qui ont touchés la France, beaucoup de juifs français devenus israéliens décident de faire leur “yerida”. Et devinez ce que veut dire Yerida en hébreu : le retour.

On en parle avec Michèle Taieb, chef de service au Casip, un service sociale de la communauté juive à Paris. Michèle s’occupe d’aider des familles dans le besoin qui prises de panique après les attentats de 2013 et 2015 ont immigrés en Israël mais qui depuis pour la majorité d’entre elles sont revenues en France. On a aussi parlé avec Emilie, qui de son côté a émigré à Tel aviv en 2017 pour suivre son amoureux. Après 6 mois dans cette ville moderne où elle a eu beaucoup de mal à s’intégrer, elle revient en France avec son chéri. Et là, comme beaucoup d’exexpats, elle vit le fameux choc du retour.

Ecoutez ici et sur iTunes, SpotifySoundcloud et toutes les plateformes Android.