Episode 12 : Start Up tremplin pour les exexpats

IMAGE EPISODE.jpg

Bien sûr on a déjà parlé du travail dans exexpat le podcast…

De la difficulté notamment de trouver un job quand on rentre d’expatriation. Nos CV sont atypiques, nos parcours ont évolués ailleurs, mais ne suivent pas le chemin prévu. Heureusement, beaucoup d’entre nous finissent par retrouver leur place dans l’emploi français. D’autres n’ont plus envie d’être dans les cases, ou n’ont pas la patience d’attendre qu’une entreprise leur fasse signe. Ils se lancent donc dans l’entrepreneuriat. Grâce à leur fameuse expérience ailleurs, à l’obligation dans cet ailleurs de se battre pour s’insérer, les exexpats n’ont souvent pas peur de l’inconnu, du pari de créer.

La start up est donc comme un tremplin naturel. Bien sur c’est la mode la start-up : il y en aurait 10 000 en France, 1000 créations par an, des incubateurs à la pelle dans toutes les villes. La French Tech commence a prendre de l’ampleur.


Et parmi ces start-up, des structures pensées, fondées, portées par des exexpats. Certains surfent même sur le problème du retour pour créer des start-up basées sur l’aide à la communauté des expats et des exexpats. C’est le cas de Gabrielle Rodier-Ringard, créatrice de Switch’Up, une plateforme communautaire de confiance qui permet de proposer des services d'accueils uniques à travers toute la France, de les découvrir et de les réserver.


Erwan Jegouzo lui a connu plusieurs expatriations qui lui permettent de rebondir partout où il va, et booster sa carrière. Créateur de la plateforme d’hebergement podcast Pippa, il va même réussir à rapatrier en France, à Laval, sa start-up née à New-York.


Il existe un tas d’autres start-up créés par des exexpats. Absolutely French, une entreprise d’aide à l’intégration des conjoints d’impatriés. Oohee qui connecte les entreprises françaises avec les talents francophones expatriés. Ou encore Expateo qui accompagne les entreprises qui s’internationalisent pour une meilleure gestion de la mobilité de leurs talents. Bref quand on dit que la start-up est un tremplin pour les exexpats ce n’est pas une exagération comme l’explique Charles Baldet, entrepreneur dans le financement participatif et gestionnaire de start-up pour BPI Groupe. Il donne même quelques conseils pour ne pas se planter.

Ecoutez ici et sur iTunes, SpotifySoundcloud, Google podcast et toutes les plateformes Android.