Brexit or not Brexit LIVE

Et le retour des expatriés en France dans tout ça?

My Post-4.jpg

En plein chaos du Brexit, exexpat le podcast et la communauté d’expatriés Awesome impats se sont demandés ce que cette situation allait engendrer pour les français installés en Grande-Bretagne. Comment rentrés? La France s’est elle préparé à les accueillir? A les soutenir? Les entreprises vont elles trouver à Paris notamment, un terrain fertile pour continuer à se développer? On en a parler autour d’un verre avec un public à l’image de la communauté : des expats, des exexpats, français et étrangers lors d’une nouvelle soirée Live.

Et pour répondre à nos questions un peu inquiètes, 2 personnalités du monde politique et économique : Olivier Cadic, sénateur des français de l’étranger en Grande-Bretagne et entrepreneur (les BD Lucky Luke, Spirou, ou encore Boule et Bill en anglais, c’est lui) et Louis Costes, chargé d’affaires à Choose Paris Région, une entité publique qui accompagne les entreprises étrangères à s’installer à Paris. On s’est aussi demandé qui rentrait ou était rentré. D’ailleurs une enquête signée Expat communication sur la mobilité internationale et le retour en France est actuellement en ligne. Je vous invite à y répondre parce qu’elle se concentre sur l’impact de la mobilité sur la vie et la carrière des expatriés. L’idée est de la rendre publique auprès des pouvoirs publiques justement et des médias, histoire qu’on tienne un peu compte de notre situation. Et avec notamment le Brexit, ce genre d’enquête va peut-être permettre à la France à recevoir ces exexpats un peu mieux. Pour y répondre allez sur www.expatcommunication.com/enquete2019

Merci à l’hôtel Renaissance Arc de Triomphe de nous avoir reçu

Rendez-vous dans 15 jours pour le dernier épisode de la Saison 2. Cette fois on prendra l’apéro pour fêter les 1 an d’exexpat le podcast avec plein d’invités… des témoins que vous avez pu suivre pendant toute cette année d’aventure podcastienne du retour en France

Ecrivez-nous sur le groupe Facebook ou à exexpatlepodcast@gmail.com si vous avez des questions à poser à tous nos exexpats. On debattra sur ces, je n’en doute pas, très pertinentes reflexions

thumbnail.jpeg

Cheers



Le divorce

My Post-4.jpg

En France, 45% des mariages finissent par un divorce selon les chiffres de l’INSEE.

En expatriation, les chiffres sont à peu près les mêmes. Selon une enquête Sofres – Mondissimo, 1 français sur 3 se sépare ou divorce pendant, ou à la suite d’une expatriation.

Mais finalement les chiffres ne sont pas vraiment le problème. Le problème ce sont les conséquences terribles d’un divorce.

Je m’appelle Marjorie Murphy et au début de  mes 10 ans d’expatriation au Canada, j’ai failli partir avec mes clics et mes clacs sous le bras. Comme ça, rentrer en France. J’en pouvais plus! Je ne comprenais pas ce que je faisais là-bas, j’en voulais à mon mari de m’avoir emmeneée dans son monde, il est canadien, qui n’était pas le mien. Mais si j’étais partie, avec en plus, mes enfants dans les valises, que serait-il arrivé?

Nous avons donné la parole à plusieurs de ses exexpats qui ont vécu ses moments de grande détresse.

Caroline après 6 ans à l’Ile Maurice, est, elle, partie avec ses enfants. Le père a donné son accord pour les vacances. Caroline et ses enfants ne sont jamais revenus et maintenant vivent comme ils peuvent en France.

Erwan a connu le rêve américain puis la chute de l’empire… la création d’une société, une situation financière précaire, une dépression sévère de sa femme ont brisé son couple. Le divorce et le retour en France se sont imposés

L’expérience d’un divorce à la Kramer contre Kramer (film exceptionnel des années 70 avec Meryl Streep et Dustin Hoffman) a poussé Isabelle à mettre en relation à travers les réseaux sociaux, toutes ces femmes en difficulté face à des situations inextricables. Elles a crée des pages Facebook, dans lesquelles les unes et les autres se racontent et s’entraident

Alors on est en droit de se demander si le divorce en expatriation est porté par des dispositions juridiques quand on entend ce genre de témoignages! Oui évidemment, mais c’est assez complexe et beaucoup de précautions sont à prendre. Blandine Gardey de Soos, avocate aux barreaux d’Angers et du Québec, fait le point.