Le divorce

My Post-4.jpg

En France, 45% des mariages finissent par un divorce selon les chiffres de l’INSEE.

En expatriation, les chiffres sont à peu près les mêmes. Selon une enquête Sofres – Mondissimo, 1 français sur 3 se sépare ou divorce pendant, ou à la suite d’une expatriation.

Mais finalement les chiffres ne sont pas vraiment le problème. Le problème ce sont les conséquences terribles d’un divorce.

Je m’appelle Marjorie Murphy et au début de  mes 10 ans d’expatriation au Canada, j’ai failli partir avec mes clics et mes clacs sous le bras. Comme ça, rentrer en France. J’en pouvais plus! Je ne comprenais pas ce que je faisais là-bas, j’en voulais à mon mari de m’avoir emmeneée dans son monde, il est canadien, qui n’était pas le mien. Mais si j’étais partie, avec en plus, mes enfants dans les valises, que serait-il arrivé?

Nous avons donné la parole à plusieurs de ses exexpats qui ont vécu ses moments de grande détresse.

Caroline après 6 ans à l’Ile Maurice, est, elle, partie avec ses enfants. Le père a donné son accord pour les vacances. Caroline et ses enfants ne sont jamais revenus et maintenant vivent comme ils peuvent en France.

Erwan a connu le rêve américain puis la chute de l’empire… la création d’une société, une situation financière précaire, une dépression sévère de sa femme ont brisé son couple. Le divorce et le retour en France se sont imposés

L’expérience d’un divorce à la Kramer contre Kramer (film exceptionnel des années 70 avec Meryl Streep et Dustin Hoffman) a poussé Isabelle à mettre en relation à travers les réseaux sociaux, toutes ces femmes en difficulté face à des situations inextricables. Elles a crée des pages Facebook, dans lesquelles les unes et les autres se racontent et s’entraident

Alors on est en droit de se demander si le divorce en expatriation est porté par des dispositions juridiques quand on entend ce genre de témoignages! Oui évidemment, mais c’est assez complexe et beaucoup de précautions sont à prendre. Blandine Gardey de Soos, avocate aux barreaux d’Angers et du Québec, fait le point.

Retrouver la France

retrouver-la-France-.jpg

Et si nous partions sur les routes de France, pour tenter de retrouver ce qu’est être français après des années d’expatriation. Certains se sont lancés dans cette quête à vélo ou en camping-car comme vous allez l’entendre.  

D’ailleurs cet épisode est rendu possible grâce à nos sponsors Peugeot Open Europe et Citroën Euro Pass.  Moi, à chaque fois que je revenais en vacances en France de l’étranger, j’avais envie de retrouver mes copains partis aux 4 coins de l’Hexagone. Alors on m’a parlé de la réservation de véhicule neuf qu’ils proposent sur une période de 21 jours à 6 mois. Et à chaque fois nous attendait une voiture neuve avec assurance, kilométrage illimité et sans franchise. On a fait de jolis road trips en famille.

Découvrez leurs services sur les liens peugeot-openeurope.com et citroen-europass.com

Qu’elles nous manquent ou pas, on rêve souvent des petites routes de France quand on vit à des centaines ou des milliers de kilomètres. Paysages et saveurs reviennent à notre mémoire, à nos sens. On rentre plein d’espoirs de les voir, de les toucher, de les sentir... pour de vrai. Et puis la vie reprend le dessus : les incompréhensions a la sécurité sociale, le CV atypique, le logement impossible à trouver. On a l’impression d’être un peu mal accueilli.

Mais en fait : sait on encore ce que c’est que d’être français? Sait on ce qu’est la France?

Rose, française et Hans, chilien, ont voulu retrouver cette identité française, en partant sur les routes hexagonales… à vélo!. Ils avaient déjà vécu la même aventure au Chili. Vous pouvez retrouver leurs périples sur le site http://hansetrose.com

Lise et Eric, eux, ce sont les richesses de la France qu’ils ont voulu redécouvrir. Les terroirs, l’agriculture biologique, les bons produits et bien sûr les producteurs. Pendant 1 an, ils ont roulé sur les routes hexagonales... mais en camping-car pour leur projet bon fond https://www.bonfond.fr

Ecoutez ici et sur iTunes, SpotifySoundcloud, Google podcast et toutes les plateformes Android

La Communauté

IMG_1896.JPG

Quand on s’expatrie, la plupart du temps, on veut se fondre dans la société et la culture du pays dans lequel on arrive. Parler la langue, partager les moments importants de la société dans laquelle on vit, notamment ces instants de sociabilisation que sont les discussions autour d’un café, d’une bière ou d’un bon plat local.

Même chose quand on rentre en France : on est bien content de retrouver nos soirées animées de débats politiques autour d’un saucisson et d’un verre de vin.

Mais rapidement on a la nostalgie de cette internationalité.

Alors pour ne pas perdre ce lien, certains produisent un podcast, comme nous, ou créent des associations, des groupes Facebook, des communautés

Nous sommes allés à leur rencontre…

Celle de Johan Evrard, informaticien, qui a fondé Comeety en rentrant d’expatriation. Un groupe qui favorise les activités en petit comité, dans toutes les langues et les cultures pour les expats et les exexpats.

Celle de Christine Demmel, secrétaire Générale de France Retour Accueil Paris qui permet aux conjointes exexpats notamment, de retrouver un lien sociale avec des tas d’activités et de rencontres

Celle de Catherine Martel qui a lancé le site Expats Parents et sa page Facebook. 8000 membres expats et exexpats qui se connectent pour poser toutes les questions qui les tracassent.

Enfin passage par la case psy avec le psychopraticien, coach interculturel et fondateur du groupe Facebook Les Nouveaux Impatriés Jean-Claude de Sa pour comprendre pourquoi ce besoin d’entraide quand on est revenu dans un pays qui est pourtant le nôtre.

*Un grand merci à Hélène Meunier et son contrebassiste Tristan Loriaut qui viennent rajouter un peu de musique à la “exexpat” pour cette deuxième saison.

Ecoutez ici et sur iTunes, SpotifySoundcloud, Google podcast et toutes les plateformes Android.