Le retour du corps médical

Pour cette 3ème saison d'exexpat le podcast nous nous interessons plus aux personnes qu’aux thèmes. Bien sûr vous n’allez pas tous vous reconnaître dans chaque épisode, mais au contraire vous allez vous découvrir les uns les autres… et c’est passionnant

Après les enfants, nous allons donc parler aux médecins et infirmières qui contrairement à ce qu’on peut penser, peuvent aussi vivre un retour en France compliqué

Lorsque notre animatrice Marjorie Murphy habitait à Toronto, beaucoup de chauffeurS de taxi venaient souvent d’Afrique, du Moyen-Orient ou d’Europe de l’est et n’avaient pas pu se payer les études d’équivalence pour être médecin au Canada après leur immigration. Ça la rendait folle de voir ces expatriés plein d’espoir dans ce nouvel eldorado, finir par faire un travail qui ne les satisfaisaient pas. 

En 2016, malgré l'entente France-Québec signée en 2008 pour faciliter l'intégration des médecins des deux côtés de l'Atlantique, 194 des 348 médecins français qui avaient demandé un permis dans la province ne l'ont pas eu.

Nous avons donc parlé avec des médecins et infirmières francais rentrés dans l'hexagone après plusieurs année d'expatriation

Katell a en effet fait le pas d’aller pratiquer au Québéc pendant 11 ans. Infirmière, elle a pu profiter de la pénurie de professionnels de la santé que connaît le Canada depuis des années. Elle a une vision très pragmatique de l’expatriation et du retour.

Le professeur Daniel Cherqui, éminent chirurgien, spécialiste de la transplantation du foie au Centre Hépato-Biliaire de l’Hôpital Paul Brousse rêvait de l’Amérique. Quand on vous offre à la fois la possibilité de se perfectionner, de pratiquer dans des conditions privilégiées et de gagner beaucoup mieux sa vie qu’en France, pourquoi pas! Il a mis une vingtaine d’années à finalement s’expatrier. A 50 ans, toute la famille le suit… Et finalement le retour en France va être une révélation

Pauline est infirmière dans un centre IPC, celui d'Ile de france qui réalise plus de 23 000 bilans de santé gratuits par an. Mais il en existe une centaine partout en France depuis 40 ans. Elle a travaillé 3 ans en tant qu'infimière à Dublin et la différence de perspective médicale et de traitement de nos professionnels entre l’Irlande et la France est assez choquante… et pas forcément dans le sens que l'on pense.

Aujourd’hui plus d’un millier d’étudiants français en médecine sont partis étudier en Roumanie. En France, numerus clausus oblige, ils n’ont pu décrocher un diplôme de médecine nous explique le Monde du 23 avril 2019. Comment seront-ils accueillis en France à leur retour? Si vous en connaissez, partagez leur exexpat le podcast… ça peut servir! 

Prochain épisode : les journalistes correspondant avec notamment Martine Laroche-Joubert!